image-06

Tous les ans, à la saison où les feuilles d’automne se fanent et se colorent d’or, Tim revenait au Canada. Toutefois, depuis trois ans, les feuilles d’automne étaient revenues avec leur parure d’or, sans trouver Tim au rendez-vous: elle était prise ailleurs pour une année, ou avait des problèmes de santé, pour une autre.

Cette année, ayant retrouvé sa santé, Tim est bien revenue au Canada, avec dans ses bagages, un grand et nouveau rêve à réaliser: construire un Centre à Đắk Nông – Krông Nô, en vue de continuer son support aux personnes handicapées et âgées de Maison Chance, et d’apporter son aide aux minorités ethniques en situation particulièrement difficile de cette région.

Au Canada, Tim a participé à trois rencontres avec les bienfaiteurs au cours du mois de septembre 2016: une à Toronto, vendredi le 23; deux à Montréal, dimanche le 25 et mardi le 27 derniers.

Lors de ces rencontres, Tim a présenté son projet de Đắk Nông. L’objectif de ce projet vise à aider les personnes défavorisées à trouver leur place dans la société. Sans doute, la majorité des bénéficiaires de Maison Chance ont réussi leur réinsertion dans la société. Mais il n’en est pas ainsi pour ceux qui sont lourdement handicapés et âgés: ils doivent faire face à d’énormes difficultés dans la poursuite de leur intégration sociale. Comme la plupart d’entre eux sont issus du milieu rural, ils sont habitués à vivre à la campagne et n’arrivent pas à s’adapter à la vie urbaine. Ils aspirent donc à un mode de vie plus simple, avec moins de concurrence, exempts de peur et d’obligation à se donner des ailes et à prendre leur envol. Mission impossible, compte tenu de leur condition.

C’est dans cette perspective que ce nouveau centre se donne pour but de répondre aux besoins des bénéficiaires de longue date de Maison Chance, qui sont âgés et lourdement handicapés, tout en faisant également profiter de la structure d’autres personnes handicapées et défavorisées vivant dans une région retirée et ne recevant encore aucun soutien.
Les objectifs à réaliser visent à:

– offrir une habitation familiale aux enfants orphelins et aux personnes handicapées en situation difficile;

– améliorer la santé des personnes handicapées en offrant des soins de santé, des services de prévention des maladies épidémiques;

– assister les bénéficiaires dans leur réinsertion sociale en offrant scolarisation et apprentissage d’un métier;

– fournir guide et conseils à la famille des bénéficiaires handicapés, quant aux soins à leur donner, afin de faciliter leur retour éventuel au foyer familial.

Visitez-vous en plus: https://www.maison-chance.org/maison-chance/fr/dak-nong/introduction/

Après avoir écouté Tim nous parler, depuis sa première venue à Montréal en 2008, et après avoir lu ses écrits et regardé ses vidéos en ligne, nous ne pouvons nous empêcher de nous émouvoir devant sa générosité de cœur. Elle ne connait qu’un seul but dans sa vie: celui de venir en aide aux personnes défavorisées; d’aimer inconditionnellement les enfants orphelins, ballotés comme des grains de poussière par la vie, les personnes handicapées de naissance ou suite à un accident qui les a réduites à une vie grabataire, les enfants privés d’éducation par la pauvreté de leur famille.

Et, à chaque fois que nous rencontrons et écoutons Tim parler à notre coeur, nous éprouvons toujours ce sentiment de “n’avoir pas assez donné”, nous aimerions donner plus. Ainsi, de retour à la maison, certains de nous rappellent pour offrir un don additionnel. Un participant lui a posé cette question: “Comment votre cœur peut être aussi noble? Comment pouvez-vous prendre dans vos bras un enfant sale et crasseux? Comment vous pouvez être aussi patiente avec les enfants de la rue, souvent rebelles et indisciplinés? … Je ne peux que vous aimer… Je suis celui qui garde la boîte des dons. Ça me touche profondément de voir les participants venir offrir leur contribution et je sais qu’ils donnent avec tout leur cœur.” Un autre participant, au su du montant des dons collectés, encore en manque pour faire une somme ronde, offre de l’arrondir. Spontanément et généreusement. Un autre bienfaiteur, souhaitant vivement lui redire Aurevoir, lui donne rendez-vous à une station d’essence, qui se trouve sur son chemin vers l’aéroport: il voudrait lui faire la bise et lui souhaiter bon voyage. Tout simplement.

Bien des fois, Tim ne pouvait retenir ses larmes, en repensant à ces personnes et leurs gestes emprunts d’affection.

Il y a un enfant qui a appris et répété maintes fois sa question, au préalable, afin de pouvoir la poser à Tim, lors de la rencontre: “Pourquoi il y a tant d’enfants qui n’ont pas à manger?”. Sa question nous rappelle celle adressée au Pape François, lors de sa visite aux Philippines en janvier 2015. Posée par une petite fille de la rue, Glyzelle Palomar, qui lui demandait: “Pourquoi personne ne nous aide?”, puis éclatait en pleurs.

Il y a des questions qui restent sans réponse.

Cette année, Tim revient au Canada avec une grosse peine au cœur: son père, Laurent Rebeaud, venait de décéder le 10 décembre 2015 dernier, dans un accident de moto. Il rentrait chez lui, après une rencontre avec sa chorale Gospel. Il avait quitté à 23h40 et avait eu son accident à 23h53. Exactement au même moment, chez lui, l’horloge s’était arrêtée.

Il avait beaucoup aidé Maison Chance dans ses débuts, pour réaliser quasiment toutes démarches administratives concernant les contrats; pour apporter conseils et suggestions, quant aux programmes d’activités… Son décès est une perte immense pour Tim, pour Maison Chance, pour tous ceux qui l’ont connu.

Tim n’a pas pu retenir ses larmes en parlant de son père bien-aimé. Elle s’est excusée de sa “grande faiblesse”pour avoir été incapable de s’empêcher de pleurer devant l’audience des bienfaiteurs.

De Montréal Tim retourne au Vietnam pour aller à Đắk Nông le 5 octobre et y passer deux jours avec Laetitia Halliday, afin de procéder à la construction de l’école pour les enfants défavorisés de la région. Puis le 7 octobre, Tim reprendra l’avion pour la Suisse, pour participer à la campagne annuelle de levée de fonds, lors du gala organisé à Genève le 22 octobre 2016.

Tim promet de revenir à Montréal l’an prochain, pour retrouver les bienfaiteurs et recevoir leur soutien et contributions. Pour sûr, le projet Đắk Nông a besoin de généreuses contributions pour le financer. Selon les prévisions, la construction du Centre Đắk Nông va prendre deux ans. Durant ce temps, Tim se doit de retourner au Canada, plusieurs fois.

image-01Pourquoi il y a tant d’enfants qui n’ont pas à manger? image-02Pourquoi personne ne nous aide?
image-05Au restaurant Shodan, Montréal image-06Au restaurant Blue Lagoon, Toronto
image-04À l’églíse Marie-Reine-des-Coeurs, Montréal

Traduction: Nguyễn Thị Oanh

Montréal, début d’automne 2016