Nos 20 ans à l’Opéra de Saigon

Ce vendredi 5 juillet 2013, notre grande famille a fêté ses vingt ans. Quoi de plus beau que de le célébrer dans le superbe Opéra de Saigon construit par les Français en 1900 ? Nous avons donc tous fait le déplacement pour cette belle soirée minutieusement préparée.

Tous vêtus de tee-shirts blancs spécialement conçus pour le 20ème anniversaire de Maison Chance, nous étions prêts pour cette soirée longuement préparée. Les répétitions avaient eu lieu la veille, échappant de peu à la pluie. La chorégraphie était maîtrisée et les apparitions sur scène bien ancrées dans les têtes.

Le jour J, une haie d’enfants de Maison Chance accueillait nos invités en les applaudissant. Nous avions construit trois rampes pour l’occasion pour permettre l’accès des personnes en fauteuil roulant. Des sacs et accessoires de l’atelier couture et de l’atelier bambou étaient disposés dans l’entrée pour exposer notre travail. Nous avions aussi mis en place des enchères silencieuses pour toutes les toiles placées dans l’entrée. La plupart de nos artistes étaient regroupés autour de leur peinture. Ils observaient, le sourire en coin, les gens glisser des papiers dans les urnes, se félicitant du succès de leur œuvre. Un buffet avait été préparé par le restaurant et la boulangerie du Village Chance. Crostini à la crevette, sushis au saumon, canapés de concombre au poisson, friands à la viande… Le tout accompagné d’un verre de vin. Les serveurs n’étaient autres que les adolescents de Maison Chance. La soirée a débuté avec une conférence de presse à 17h. Tim mais aussi certains bénéficiaires ont répondu aux questions des journalistes.

Après avoir bien profité du buffet, nous nous sommes tous dirigés vers la salle pour assister au spectacle. Après de rapides prises de paroles de Tim et Monsieur Ky, une vidéo retraçant les 20 ans de Maison Chance a été diffusée. De la rencontre de Tim et Thanh à ces trois bâtiments abritant maintenant une centaine de personnes et scolarisant les enfants des familles défavorisées du quartier.

Pour symboliser ces vingt années d’existence, vingt familles, composées d’anciens bénéficiaires de Maison Chance et de leur conjoint et enfants, sont ensuite montées sur scène, les unes après les autres. Elles faisaient leur apparition sous un faisceau lumineux après avoir été présentées dans une vidéo de trente secondes. Orphelins ou handicapés, tous ont dépassé la solitude et les obstacles des débuts pour former leur propre famille.

Ensuite, ça a été au tour des fauteuils roulants électriques de faire leur show. Dix tétraplégiques, au corps inerte dont seule l’épaule peut bouger, ont dansé devant nous. Sur la musique Down the road et sous les spots lumineux, ils ont réalisé une chorégraphie impeccable et pleine d’entrain. Que de sourires sur ces visages ! Un spectacle de mîmes par deux enfants de l’école a pris le relais. Il n’a fallu que quelques secondes pour convaincre le public, charmé par le talent de ces deux apprentis clowns. L’intégralité des enfants de l’école les a ensuite rejoints sur la scène en formant une belle file, mains dans les mains.

Tim a repris la parole pour exposer son nouveau projet : l’ouverture d’un centre calqué sur le modèle de Maison Chance, ouvert aux orphelins et aux handicapés physiques mais celui-ci le sera aussi aux personnes âgées et aux handicapés mentaux, dans la province de Dak Nong, dans les hauts-plateaux vietnamiens. Plusieurs photos ont permis de visualiser l’endroit choisi par Tim.

Les musiciens ont ensuite entonné la chanson du 20ème anniversaire de Maison Chance, composée spécialement par un des bénéficiaires en chaise roulante. Mais là, surprise. D’habitude si jolie, voilà qu’elle sonnait faux. L’explication n’a pas tardé. Les enfants, trop heureux de jouer avec les cordes de guitare dans les coulisses, avaient désaccordé les instruments. Quelques réglages plus tard, nos musiciens reprenaient leur morceau, sans aucun bémol !

Une vente aux enchères a clôturé la soirée. Trois tableaux avaient été choisis pour être vendus sur scène. Sy, Duong et Vuong ont tour à tour expliqué la signification de leur toile. Le dernier a passé était Vuong, très ému en prenant la parole. Après quelques minutes, il a finalement dû quitter la scène. Pris de panique, il peinait à respirer. La santé de Vuong ne cesse d’empirer. Sa douleur s’est manifestée violemment ce soir-là mais une opération en France s’avère indispensable pour sauver le jeune homme de 21 ans. Touché par son état de santé critique, un des invités a alors souhaité payer le billet d’avion de Vuong, jusqu’en France. Un autre a tenu à donner 25 millions de dongs pour participer à ses frais médicaux. Ces gestes de grande générosité vont permettre à notre jeune peintre de bénéficier de l’opération.

La soirée s’est terminée, regroupant les membres de la grande famille Maison Chance sur scène, 350 au total, les grands, les petits, les personnes en fauteuil et les valides. Après la fermeture des portes, une vingtaine de personnes, dont beaucoup de bénévoles ayant participé à l’organisation de l’évènement, sont restés prolonger la soirée sur les marches de l’Opéra. Deux bus ont été loués pour ramener certains bénéficiaires et le bus de Maison Chance a dû faire plusieurs aller-retour, jusqu’à 3 heures du matin, pour le transport des personnes mais aussi de tout le matériel apporté sur place. Les fêtards ont donc pu profiter du dernier trajet.

Le lendemain, nous étions tous fatigués, mais heureux. Heureux d’avoir fêté nos vingt ans dans ce cadre splendide, heureux d’avoir montré notre savoir-faire et heureux de regarder l’avenir avec le sourire.


Auteur: Armelle de Rocquigny

Août 2013