Maison Chance, c’est avant tout une histoire d’amour. Celle d’une suissesse de 21 ans, voyageant à travers l’Asie, et d’un petit vietnamien de 12 ans gravement malade. En 1993, Aline Rebeaud, jeune peintre, arrive au hasard d’une visite dans un hôpital psychiatrique au sud du Vietnam. Elle est tout de suite touchée par ce garçon enchaîné, reclus dans un coin, à qui on ne donne plus que quelques jours à vivre. Atteint de troubles au cœur, au foie et aux poumons, Thanh est dans un état déplorable. Face à cet enfant démuni, Aline Rebeaud ne peut rester de marbre. Elle l’emmène à l’hôpital et veille sur le garçon, jours et nuits, pendant trois mois. C’est ainsi que les patients et leurs proches la surnomment « Tim » – qui signifie « cœur » en vietnamien -, nom qu’elle porte à ce jour.

1997_scan scan0068

Ses allées et venues à l’hôpital l’ont amenée à croiser le chemin de nombreuses personnes handicapées, complètement exclues de la société et de leurs propres familles. Afin de les aider, Tim prolonge son séjour au Vietnam pour une durée indéterminée et loue un logement pour les accueillir sous son toit. Orphelins, enfants des rues et personnes handicapées trouvent refuge dans sa petite maison à Binh Tan, banlieue pauvre d’Ho Chi Minh Ville.

Tous forment alors une grande famille, avec pour mère, soeur ou amie cette jeune fille d’une vingtaine d’années, prête à tout pour leur venir en aide. Ce refuge est alors appelé “Maison Chance” par les habitants du quartier.

Education et formations : les moyens pour sortir de la pauvreté et de la dépendance

Mais fournir un toit et nourrir ne suffit plus, il s’agit d’éduquer les résidents. Dès 1995, Tim lance un programme d’éducation à la Maison Chance. Des cours d’alphabétisation et d’initiation à la peinture sont dispensés. Parallèlement, un programme de rééducation pour les personnes handicapées est mis en place. 

Les activités de Maison Chance sont finalement reconnues par le gouvernement vietnamien en 1998 et progressivement soutenues par des donateurs et amis internationaux. Maison Chance devient donc une organisation à but non lucratif. 

Voler de ses propres ailes 

En 1999, le champ de formation professionnelle s’étend à des disciplines telles que l’informatique, la couture et le design textile. Cela permet aux bénéficiaires d’acquérir de nouvelles compétences, afin qu’ils puissent ensuite trouver un emploi adapté à leurs capacités et ainsi voler de leurs propres ailes.  

Sept ans plus tard, la professionnalisation des bénéficiaires prend une nouvelle envergure. Le Centre Envol est construit pour élargir le model de formation. Situé à un kilomètre du foyer, il regroupe des ateliers de couture, d’informatique, de taille de pierres et de peinture. Il sert également de lieu de fabrication artisanale où les bénéficiaires handicapés produisent des produits tels que des peluches et des sacs, des peintures à l’huile, des bijoux et des figurines en pierres précieuses.  

familia take-wing-center

Le Village Chance 

En janvier 2011, le troisième centre de Maison Chance est inauguré. Le Village Chance est le premier ensemble d’appartements adaptés aux personnes handicapées au Vietnam, avec un loyer revu à la baisse par rapport au prix du marché. Contrairement à beaucoup d’immeubles construits en contrebas, ceux-ci sont spécialement conçus pour permettre le déplacement des fauteuils roulants, même en cas de fortes pluies. Le Village Chance abrite également une école décernant un diplôme primaire national pour les enfants défavorisés, une crèche et une classe spécialisée pour les enfants handicapés mentaux. Le campus spacieux permet d’organiser des activités extra scolaires en fin de journée, telles que des parties de basket, des cours de cirque ou d’arts martiaux. Outre un restaurant et une boulangerie tenus par les bénéficiaires, le centre dispose d’une piscine d’hydrothérapie afin que les personnes handicapées puissent bénéficier de séances de rééducation. Les trois centres, situés à moins d’1 km les uns des autres, sont reconnaissables à leur couleur bleue, symbole de l’espoir pour leurs résidents. 

Et la progression continue !

Maison Chance a constaté que certains de ses bénéficiaires vieillissants ne pourraient pas totalement s’insérer dans la société et qu’un environnement calme, loin de l’agitation urbaine, leur conviendrait mieux. Suite à de nombreuses recherches, Maison Chance a choisi d’implanter un nouveau centre social dans la région de Đắk Nông, située à 350 km au nord de Ho Chi Minh Ville. Ce centre propose des activités plus adaptées à ses bénéficiaires telles que le jardinage et la thérapie par les chevaux. Le centre a déjà ouvert les portes de son école primaire en septembre 2018 à ses 120 premiers bénéficiaires, des orphelins et des enfants défavorisés de la région vivant dans des villages de minorités isolés. Aujourd’hui, le centre compte 161 bénéficiaires, dont 31 atteints de handicap. 

Maison Chance – Une Histoire d’Amour